La Sécurité

De Plongeplo
Aller à : navigation, rechercher

Préambule.

Toute activité humaine comporte des risques et la plongée augmente la probabilité de risques d’accident; le risque zéro n’existe pas.

Accepter un risque, c'est savoir l'évaluer et de tout mettre en oeuvre pour l'éviter.

Banane.jpg


Si en termes de sécurité le risque zéro n’existe pas on prétend aussi que la fatalité n’est qu'un prétexte pour masquer la conséquence de ses actes.

Ce paradigme implique que tout est explicable.


  • Pas d’incident sans dérèglement d’un processus.
  • Pas d’accident sans événement déclencheur.


Néanmoins vous devez savoir que la plongée et ces différentes théories de décompression sont de nature expérimentale. L’exercice de la plongée en scaphandre ne doit pas être entrepris sans une parfaite compréhension des risques inhérents à la maladie de décompression. Aucune procédure de décompression d'aucune sorte ne peut garantir qu’une maladie de décompression ne se produira, la décompression n'est pas une science exacte, de nombreuses incertitudes scientifiques subsistent.

La seule façon d'éviter tous risques de maladie de décompression est de ne pas plonger.


La commission de sécurité

Les membres de La Commission de sécurité

Gregory Manfrini

Robin OFFORD

Cyril PECORA


MISSION

La Commission de Sécurité a pour mission d'aider le comité à s'acquitter de sa responsabilité en matière de sécurité au sein du club. De ce fait, elle possède un droit d'investigation et de conseils pour les aspects, de technique, de santé, d'hygiène, de protection de l'environnement et de la sécurité, dans toutes les activités du club.

Le chef de la Commission de Sécurité peut à son tour déléguer son autorité à des membres de la Commission. Dans ses activités de contrôle et d'audit, elle doit acquérir la conviction que tous les aspects de la sécurité ont été pris en compte et elle doit faire part de ses observations concernant les mesures proposées aux membres du comité.

La Commission de Sécurité a un certain nombre de fonctions d'exécution dans le domaine technique de la plongée, des instruments, des appareils et des installations. La Commission de Sécurité répond devant le comité de l'exécution correcte de ses fonctions et du développement d'un concept de sécurité. Il faut comprendre la sécurité comme un système préventif de maîtrise des Risques qui vise à garantir la sécurité en plongée. Elle constitue une approche documentée et vérifiable, pour l’identification des dangers et des situations critiques. Elle aboutit sur des mesures préventives et à la mise en œuvre d’un système de surveillance dans le domaine de la santé, l’hygiène, et la prévention des Accidents.

Au club cette mission est gérée par les membres de la commission de sécurité.


Objectif de sécurité :

L’objectif de la sécurité dans le club est l'expression de l'intention de la direction de contrer des risques identifiés et de garantir aux membres des activités sûres et saines.


L’objectif principal est de tendre ver zéro accident.


Pour atteindre ce but, il convient de s’organiser pour régler les tâches et les compétences les responsabilités en matière de sécurité dans le Club.

Principes directeurs

La direction du club de plongée de Plan-les-Ouates (ci-après : le Club) a clairement déclaré que la sécurité, la santé, l’hygiène et la protection de l’environnement sont d’un intérêt primordial et que ces domaines doivent être abordés dans toutes ses activités avec autant de rigueur que la plongée elle-même. Les engagements du club sont soutenus par un système de management proactif, des objectifs clés, une bonne communication et une formation continue.

Le Club a pour politique de garantir à ses membres des conditions de plongée et des activités sûres et saines et de protéger au maximum l’environnement dans ses activités comme pour les générations futures.

Au Club chaque membre est responsable de la sécurité et de celle de ses collègues. Ils doivent parfaitement connaître et appliquer les règlements, les instructions, les procédures et les directives en fonction de leur niveau de responsabilité et d'autorité avec ou sans fonction de chef.


Les niveaux de responsabilité sont les suivants :


.

Notre concept

Un concept de sécurité, c’est un ensemble organisé d’éléments (processus et procédures) permettant de réussir dans le domaine de la sécurité de l’hygiène, de la protection de la santé, de la prévention des accidents et de la protection de l'environnement. Les standards de sécurité du club s'intègrent dans ce concept. Il faut admettre que l’accident est un échec et que ni les accidents ni les incidents sont une fatalité.

L’accident et toujours le dérèglement d’un processus ou une erreur systémique.


C'est pourquoi nous soutenons l'axiome suivant : Tout est prévisible ou presque…

Pour être crédible, il faut dire ce que l’on fait pour la sécurité, faire ce que l’on dit, et être capable de le prouver le cas échéant.


LES DIX CHAPITRES DU CONCEPTOrganisation.jpg


1 Définition de la politique de sécurité:

C’est faire savoir ce qu l’on veut, fixer des objectifs et agir en conséquence.


2 Organisation de la sécurité :

C’est régler les tâches et les compétences les responsabilités en matière de sécurité, d’hygiène, de protection de la santé et protection de l’environnement.


3 Administration, formation, information.

C’est rendre apte à agir correctement. Pour agir efficacement, il faut avoir les connaissances nécessaires. Ces connaissances sont assurées par une formation ciblée et permanente.


4 Règles et standards de sécurité:

Elles fixent la ligne de conduite pour permettent aux plongeurs de se comporter en tout temps de manière sûre. En particulier lors de plongée à risques.


5 Gestion du risque.

On ne peut venir à bout des dangers que lorsqu'on les connaît. L’identification des dangers et l'évaluation des risques qu'ils constituent est une tâche essentielle de l'activité dans le domaine de la sécurité. Les analyses de risques montrent où l’activité peut devenir dangereuse. Elles conduisent aux mesures préventives.


6 Gestion des évènements:

Elle aide à réduire le dommage au minimum. Des secours rapides et compétents doivent être garantis en cas d’incident, ou d’accidents (évènements).


7 Mesures correctives:

Elles définisent les mesures nécessaires en cas d'urgence. Les disfonctionnements avérés doivent être éliminés ou ramenés à des proportions acceptables par des mesures appropriées. Il faut pourvoir à ce que les mesures prises restent efficaces à long terme.


8 Participation:

La participation consiste surtout, à exploiter les connaissances de façon optimale et à faire des personnes concernées des participants. Les décisions prises en commun sont mieux acceptées ; c’est la recherche d’un consensus.


9 Protection de la santé:

Elle est souvent négligée, mais elle est néanmoins importante. Il convient, en particulier, de procéder à l'enregistrement systématique des facteurs pathogènes et de prendre les mesures nécessaires.


10 Contrôles et audits.

Un syteme de management proactif permet de contrôler si les objectifs fixés ont été atteints. Il s'agit de contrôles réguliers portant sur les machines, les appareils, les gaz, le matériel, les équipements, les comportements.


Retour à : Sécurité

Les accidents et maladies

On ne maîtrise bien ce que l’on connaît bien : Une bonne connaissance des accidents et des maladies de plongée permet l’identification des dangers, la prévention, la maîtrise des incidents et des accidents.


L’accident n’est jamais dû au hasard.
L’accident est toujours un échec.
L’accident est toujours une erreur systémique.




CAS PARTICULIERS



Secours.jpg


Risques et dangers particuliers

Les dangers extraordinaires et les entreprises téméraires

Constitue une négligence grave, la violation des règles élémentaires de prudence que toute personne raisonnable eût observées dans la même situation et les mêmes circonstances, pour éviter les conséquences dommageables prévisibles dans le cours ordinaire des choses.


La LAA (Loi fédérale sur l’assurance-accidents) habilite le Conseil fédéral à désigner les dangers extraordinaires et les entreprises téméraires qui motivent dans l'assurance des accidents non professionnels le refus de toutes les prestations ou la réduction des prestations en espèces. La réglementation des cas de refus ou de réduction peut déroger à l'art. 21 al. 1 à 3 LPGA. Fondé sur cette norme de délégation de compétence.


l'art. 50 al. 1 OLAA prévoit qu'en cas d'accidents non professionnels dus à une entreprise téméraire, les prestations en espèces sont réduites de moitié; elles sont refusées dans les cas particulièrement graves.


Les entreprises téméraires sont celles par lesquelles une personne s'expose à un danger particulièrement grave sans prendre de mesures destinées à ramener celui-ci à des proportions raisonnables ou sans pouvoir prendre de telles mesures. Quiconque méconnaît gravement les prescriptions de sécurité ou les recommandations de prudence usuelles lors de la pratique d'un sport bénéficiant d'une couverture complète doit également compter avec une réduction des prestations.


Tourbillon 1.jpg


Toutefois, le sauvetage d'une personne est couvert par l'assurance même s'il peut être considéré comme une entreprise téméraire (art. 50 al. 2 OLAA).


La jurisprudence qualifie d'entreprises téméraires absolues celles qui, indépendamment de l'instruction, de la préparation, de l'équipement et des aptitudes de l'assuré, comportent des risques particulièrement importants, même si elles sont pratiquées dans les conditions les moins défavorables. Il en va de même des activités risquées dont la pratique ne répond à aucun intérêt digne de protection.


Tel est le cas, par exemple, de la participation à une course automobile de côte ou en circuit, à une compétition de MotoCross, à un combat de boxe ou de boxe thaï, ou encore, faute de tout intérêt digne de protection, de l'action de briser un verre en le serrant dans sa main.


D'autres activités non dénuées d'intérêt comportent des risques élevés, qui peuvent être limités, toutefois, à un niveau admissible si l'assuré remplit certaines exigences sur le plan des aptitudes personnelles, du caractère et de la préparation.


A défaut, l'activité est qualifiée de téméraire et l'assurance accidents est en droit de réduire ses prestations conformément aux art. 39 LAA et 50 OLAA. On parle dans ce cas d'une entreprise téméraire relative, en ce sens que le refus ou la réduction des prestations dépend du point de savoir si l'assuré était apte à l'exercer et a pris les précautions nécessaires pour limiter les risques à un niveau admissible. Peuvent constituer des entreprises téméraires relatives le canyoning, y compris la plongée spéléologique dans une source, l'alpinisme et la varappe, ou encore le vol delta. Selon le degré de difficulté et le niveau de risque dans un cas particulier, il n'est pas exclu de qualifier l'une ou l'autre de ces activités d'entreprise téméraire absolue.


L’attention membres est expressément attirée sur le fait que, pour les accidents non professionnels, la Caisse nationale suisse d’assurance en cas d’accidents (SUVA) comme les assurances-maladie excluent ce qu’elle appelle « des dangers extraordinaires » ou « des entreprises téméraires ».


Les personnes qui court des risques spéciaux, tels que définis par la Caisse nationale, sont tenues de contracter à leur frais une assurance individuelle complémentaire.


Si la personne omet de s’assurer personnellement contre les accidents dus à des dangers extraordinaires ou à des entreprises téméraires, il n’a aucune action contre son employeur à tire d’assurance accident non professionnel ou de maladie. Ce dernier n’assume donc aucune responsabilité pour les suites d’un accident de cette nature.


.

La prévention

La prévention des accidents a pour but de prévenir toutes menaces et atteintes à la santé et à l'intégrité physique de nos membres, lors de nos activités et à la protection des biens de club.

En suisse la CNA/SUVA et les autres assureurs gèrent une institution de droit privée appelée «Bureau suisse de prévention des accidents» (BPA)dont le champ d’activité s’étend à toute la Suisse.

Le (BPA) encourage la prévention des accidents non professionnels, en particulier des accidents de sport en informant le public des dangers d’accidents ; en conseillant d’autres organisations qui s’occupent de la prévention des accidents non professionnels.


Prévenir les accidents est non seulement un devoir légal, mais aussi un principe de responsabilité humaine et de bon sens.


Nos outils de prévention sont :


Retour à :[La sécurité]

Les secours

Les secours en plongée: Selon les standards actuels du sauvetage, la chaîne des secours est organisée en cinq maillons :


Dans les 3 premières phases, le secouriste est capable de se repérer sur le lieu de l’accident, de donner l’alerte et de prendre les mesures immédiates nécessaires pour sauver la vie (MISV)en assurant les gestes d'urgence: en cas de maladies de décompression, barotraumatismes, malaises, traumatismes, plaies, jusqu'à la réanimation cardio-pulmonaire.


...Suite en préparation...

Réglementation Suisse

Suisse.jpg Geneve.gif


Interdictions divers


.

Réglementation Française

Drapeau france.jpeg

En France la plongée est strictement réglementée ; On ne plonge pas comme en Suisse. Les arrêtés sont nombreux, un plongeur bien informé en vaut deux…


  • Arrêté du 5 janvier 2012 du code du sport-PDF

Réglementation Européenne

Drapeau eu.jpg




.

Avis de sécurité

AVIS POUR LE MATERIEL

Danger.jpg


AVIS POUR LA SANTE


AVIS PERMANENTS

Fiches de données sécurité



.

La santé

Le bilan de santé

Les maladies et les restrictions des capacités physiques, même si elles ne causent pas de problème en temps normal, peuvent avoir des conséquences plus ou moins graves sous l'eau.


Le certificat d'aptitude

Pratiquement chaque base ou club de plongée exige un certificat d'aptitude de plongée et notre club ne fait pas exception. Pour participer à nos activités vous devrez être en possession d’un certificat d’aptitude à la plongée. En fait, le médecin certifie que l’examen médical ne met pas en évidence de contre indications à la pratique de la plongée sportive en scaphandre autonome.

En règle générale, celui-ci est établi par le généraliste ou par un médecin hyperbare. La "Société suisse de médecine subaquatique et hyperbare" a élaboré un formulaire structuré qui permet de déterminer l'aptitude à plonger. Ainsi, même les médecins qui ne disposent pas de connaissances spécifiques en médecine de plongée peuvent réaliser cet examen correctement.

Restrictions

  • On déconseille la plongée aux femmes enceintes.
  • Les enfants ne doivent pas faire de plongée sous-marine avant d'avoir 13 ans.

Publications médicales

l'hygiène

L’hygiène, c’est le respect de soi et des autres. L’hygiène doit donc toujours être pensée pour l’individu et la collectivité. c'est aussi une obligation légale pour les denrées alimentaires, et les objets usuels, selon la loi fédérale (OHyg 817.024.1). L’hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir les infections et l'apparition de maladies infectieuses basée essentiellement sur trois actions :

  • Le nettoyage et la détersion.
  • La dissolution des impuretés et des salissures.
  • La désinfection.
  • La conservation.

L'hygiène préventive se décline selon l'O.M.S. en trois classes de prévention :

  • La prévention primaire (éducation à la santé, rôle des praticiens de santé)
  • La prévention secondaire (campagnes d'information, de dépistage, vaccinations, ...)
  • La prévention tertiaire (accompagnement des pathologies lourdes pour en éviter les troubles secondaires ou associés)

En général les mesures préventives se limitent à l’emploi de produit chimique ou physique (désinfectant) qui tue ou inactive des micro-organismes sur des surfaces inertes comme par exemple le matériel à usage collectif ( détendeur, masque, tuba) les surfaces (sols, murs). L’utilisation de désinfectants permet d’agire contre :

  • Les bactéries.
  • Les virus.
  • Les protozoaires.


Les désinfectants se distinguent des antiseptiques qui sont destinés aux applications sur les patients.


Hygiene.jpg


L’hygiène de vie

L’hygiène de vie englobe hygiène alimentaire, d'hygiène mentale et l’hygiène corporelle pour des actions et activités permettant de prévenir l'apparition de troubles, comme la pratique d'un sport, ou l’abstinence de substances engendrant la dépendance...

Prophylaxie anti-infectieuse

L'hygiène est la règle d'or partout où des denrées alimentaires sont préparées ou transformées. La cuisine et les méthodes de préparation doivent être organisées de manière à éviter toute confusion entre vaisselle propre et vaisselle sale. La vaisselle ne doit pas rester sale plus longtemps que nécessaire.

Biorisque.jpg

Afin de ne rien oublier lors du nettoyage de la cuisine, il y a lieu d'établir des listes de contrôle: qu'est-ce qui est nettoyé, de quelle manière, avec quelle fréquence et avec quels ustensiles?


Hygiène du matériel de plongée

Important : avant de pouvoir utiliser le matériel du club, l’utilisateur doit s’assurer de son bon état de et de son bon fonctionnement et son hygiène.

Biorisque.jpg

La transmission indirecte de maladies bactériennes (staphylococcie, tuberculose...), virales (herpes, hépatite B, C, HIV...) dues à des parasites (candidose...) ou à des levures par un embout buccal de détendeur (et de façon générale par toutes les pièces pouvant être contaminées par la salive dans les appareils respiratoires à recyclage de gaz) n'a jamais été formellement démontrée ; cependant les caractéristiques de ces bactéries, virus, parasites et levures font qu'un risque de contamination est possible notamment chez les personnes dont l'immunité est défaillante.

Dans les conditions actuelles à la piscine, la désinfection du matériel n’est pas possible. Les personnes à risque ne doivent pas utiliser le matériel collectif mais du matériel personnel qui doit être désinfecté par trempage pendant 15mn (ce temps de trempage maximum garantit l'action désinfectante) avec des produits à base d'ammonium quaternaire (Pantacept), avant et après chaque utilisation. Après trempage, n'oubliez pas même si les produits ne sont pas toxiques pour l'homme, de rincer le matériel à l'eau claire."

Des produits comme l'eau de javel dilué sont à proscrire : il s'agit d'un caustique qui dénature le caoutchouc et corrode l'aluminium ; de même, tous les produits à base de glutaraldéhyde, principe actif utilisé pour la désinfection des dispositifs médicaux thermo-sensibles ne sont pas adaptés au type de désinfection souhaitée.

Du Pentacept (produits à base d'ammonium quaternaire) est à disposition au club, sur demande.


Pour les exercices de passages, d’embout il est préférable d’utiliser des techniques de simulation en lieu et place des échanges d’embout réel.


L'hygiène de travail

Les paramètres de nuisances physiques, chimiques, biologiques et ergonomiques font l'objet d'une attention particulière pour : nos travaux en atelier, le gonflage, les mélanges de gaz et la maintenance des installations. Les mesures de protection sont prises au moyen des EPI (équipement de protection individuel) et de moyens accessoires pour :

  • Les risques de nature chimique : gaz, vapeurs, poussière (protection des voies respiratoires).
  • Les risques de nature physique : bruits, vibrations, chaleur (protection de l’ouïe, de la vue, des mains, du corps et des pieds).
  • Les risques de nature ergonomique : postures, manipulation de charge, aménagement du poste d’intervention (moyens de portage et de levage, ergonomie du poste de travail).


Elimination des déchets Le recyclage permet de ménager les ressources naturelles et de réduire la consommation d'énergie. Grâce au tri des déchets (piles, appareils électroniques), l'incinération est beaucoup moins polluante. Il ne faut en aucun cas comprimer les sacs à ordures à la main, utiliser des gants. De même, on veillera à porter les sacs à ordures sans les frotter contre la jambe (pour éviter de se blesser avec du matériel contaminant).



.

La protection de l'environnement

L’engagement du CPPLO pour un développement durable et le respect et la protection de l'environnement se traduit, par la mise en œuvre d’actions visant non seulement à sensibiliser nos membres à la protection de la nature, mais aussi à diminuer l’impact de nos activités sur les lieux de plongée. La pollution de l'eau, de l'air, du sol, et les atteintes au bien-être du voisinage doivent être évités. Toute pollution accidentelle doit être signalée immédiatement.

L'élimination des déchets et résidus est placé sous la responsabilité du responsable de la sécurité.


Environment.png

Activité de la commission Environnement

Développement durable

Dans le cadre de nos activités, nous souhaitons encourager un développement qui réponde aux besoins du présent, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.

A cet effet, nous veillons à éviter de gaspiller les moyens et ressources mises à disposition et nous choisissons des solutions techniques financièrement viables, équitables et respectueuses de l’environnement.

La durabilité est aussi synonyme de bonne stratégie. Elle crée de la valeur et la préserve pour demain.

En conformité avec ses engagements le club, respecte les 10 principes du Pacte Mondial des Nations Unies. Intégrée aux appels d’offres, cette charte est soumise aux fournisseurs.


Développement.jpeg

Retour Acceuil


Don d'organes

Vous trouverez sur le lien Internet ci-dessous des informations exhaustives sur différents thèmes liés à la transplantation d'organes, de tissus et de cellules. Le portail fournit des informations médicales, présente le cadre juridique, et vous indique comment vous pouvez exprimer votre volonté en faveur ou contre le don d'organe.


Don d'organe oui ou non ?