Hygiène

De Plongeplo
Aller à : navigation, rechercher

HYGIENE DES OREILLES

L'oreille est un des talons d'Achille du plongeur surtout lorsque l'on plonge de façon répétée et dans les mers chaudes. Exactement dans le cas rêvé d'une croisière qu'il serait dommage d'écourter à cause d'un problème d'oreille. On plonge 2 à 3 fois par jour dans de l'eau chaude, le tympan reste toujours humide et se transforme en bouillon de culture. Du coup, après quelques jours on commence à avoir mal à une oreille et on doit arrêter de plonger ou utiliser des médicaments (antibiotiques ou inflammatoires) avec les effets secondaires que ca peut avoir.


RISQUES D'INFECTION DE L'OREILLE EXTERNE

La susceptibilité et la sensibilité variant d'une personne à l'autre, les facteurs de déclenchement comme les mesures de préventions varieront d'un plongeur à un autre. Il faut savoir que les diabétiques ont un risque particulier. Les conseils du médecin traitant et l'expérience de chacun indiqueront les bonnes mesures de prévention.

L'otite du plongeur est généralement due à l'érosion de la couche de cérumen acide et antibactérienne qui tapisse le conduit auditif, par un contact prolongé avec de l'eau. Elle se manifeste d'abord par des douleurs des cartilages à l'entrée du conduit du pavillon puis par un prurit (ça gratte et c'est rouge) et une tuméfaction du conduit auditif, voir par un écoulement malodorant en cas de surinfection.

Les plans d'eau naturels (mer, lacs, rivière etc.) sont chargés d'impuretés diverses, (plancton, bactéries, microbes, etc.) comme de l'eau pénètre toujours dans l'oreille externe le risque d'infection par cette voie en est fortement augmenté.


La prévention

Comme toujours un plongeur prévenu en vaut deux, donc, quelques mesures peuvent éviter de gros désagréments. Tout d'abord, ne pas partir sans un bilan de santé complet. Sur le bateau, protégez vous du vent en portant un bonnet ou votre cagoule. En sortant de l'eau rincez vous les oreilles abondamment avec de l'eau douce. On peut utiliser de l'eau pure et tiède à l'aide d'une pipette la tête penchée.

Si malgré tout une gêne s'instaure entre les plongées ou si vous faites partie des gens sensibles, il existe quelques trucs qui peuvent prévenir l'apparition des symptômes.

Pour les personnes particulièrement sensibles, on peut instiller à la sortie de l'eau 2 – 4 gouttes auriculaires dessicatives (tempérées) dans chaque oreille masser très légèrement et laisser agir 1- 2 minutes. Comme les gouttes dessicatives peuvent impliquer des irritations en cas d'utilisations répétées il faut encore instiller chaque soir 2 gouttes d'huile de ricin dans chaque oreille.

Avant la plongée: Appliquer de l'huile de paraffine dans le conduit auditif. Déposer la valeur de 2 gouttes tièdes et masser légèrement.


Traitement

Les formes légères d'otite du plongeur se traitent par:

L'application répétée de gouttes auriculaires dessicatives (4 - 6 gouttes 4 - 6 fois par jours), associées à des analgésiques oraux (type paracétamol).

Si les symptômes persistent, prenez rendez vous chez un médecin.


Solutions pour rincer les oreilles à demander à votre pharmacien. A garder en permanence dans le sac et à emporter en voyage.


Formule à base d'acide acétique (Gouttes auriculaires d'Ehms)

Rp. Acidum aceticum glaciale 5.0 g  
    Aqua purificata 	10.0 g
    Isopropanolum  95% ad  	100.0 g


Formule à base d'acetate d'aluminium (l'US Navy)

Rp. Acidum aceticum glaciale 0.2 g
    Aluminii acetatis tartratis solutio  Ph. H VII 11.0 g
    Aqua purificata ad	100.0 g


Formule à base d'acide borique (prof Hmmerli)

Rp. Acidum boricum 2.75 g
    Ethanolum 63% ad 100.0 ml
A utiliser avec prudence, notamment chez l'enfant, vu la toxicité de l'acide borique !


Vous pouvez aussi vous rincer avec une solution de vinaigre d'alcool blanc comestible dilué 4 à 5 fois dans de l'eau bouillie. Solution de vinaigre d'alcool blanc diluée 4 à 5 fois avec de l'eau (le vinaigre contient 4 à 6 % d'acide acétique).L'avantage de cette préparation est qu'elle est disponible partout ou il y a du vinaigre.

Recommandations générales:

Si vous n'avez pas de problème avec l'otite du plongeur ne mettez aucun produit dans les oreilles la nature fera le reste.

Ne pas faire une application préventive avant la plongée avec les gouttes auriculaires dessiccatives car vous pouvez provoquer une inflammation. En effet, les gouttes auriculaires peuvent avoir un effet favorable mais Il faut un composant asséchant qui réduit la macération: alcool, acétate d'aluminium, acétate de sodium, silicone hydrofuge et un composant acide qui limite la prolifération des germes pathogènes: acide borique, acide acétique qui peuvent être des facteurs d'irritation.


DIX COMMANDEMENTS pour L’OREILLE du plongeur... Pour ménager ses oreilles, dix conseils de la FFESSM en résumé...


1 Tu ne plongeras jamais enrhumé, ceci demeurera une règle.

2 Tu commenceras à compenser dès le canard, et ensuite de façon régulière. Et tu apprendras à pratiquer la variante du Vasalva.

3 Tu ne forceras jamais en faisant tes manœuvres d’équipression. Un Vasalva bien fait est un "non violent".

4 Tu remonteras d’un mètre plutôt que forcer sur un Vasalva. Une trompe forcée est une trompe qui se venge en devenant moins perméable.

5 Tu ne toléreras pas la moindre gêne ou douleur. Apprends à déglutir avant chaque insufflation. Apprends à souffler régulièrement par le nez dans ton masque en descendant.

6 Si besoin, tu descendras tête en haut plutôt que tête en bas. Ceci te permettra de limiter la congestion de ta face et donc d’améliorer la perméabilité de ta région tubaire.

7 Les gants pourront être ton ennemi, en gênant une pince précise du nez pour tes manœuvres.

8 Tu ne feras de Vasalva qu’à la descente. A la remontée, un arrêt et de simples déglutitions t’aideront en cas de problèmes tubaires.

9 Tu penseras à éduquer ta trompe d’Eustache. C’est la clef de la réussite. Encore faut-il s’entraîner.

10 Information et entrainement sont les meilleurs garants pour toi afin de pratiquer la plongée en toute quiétude pour tes oreilles.