Navigation et Vie à Bord d'un Super Porte-Conteneurs par Monique Baur

De Plongeplo
Aller à : navigation, rechercher

Club de Plongée de Plan-les-Ouates

Mercredi 8 avril 2009 à la Salle du Cartel

Intervenant: Monique Baur

Organisation et Résumé: Chantal Wiaux-Zamar


                                  Navigation et Vie à Bord d'un Super Porte-Conteneurs


Monique[1], passionnée de navigation depuis sa tendre enfance, voit enfin un de ses rêves se réaliser, lorsqu’elle embarque par deux fois à bord de porte-conteneurs de la compagnie française, la CMA-CGM, troisième groupe mondial de transport maritime en conteneurs.


Un peu d'histoire

100.px

Les premiers porte-conteneurs voient le jour aux Etats-Unis en 1957. C’est un chauffeur de camion américain, fondateur de la McLean Trucking Co, qui à force de s’impatienter dans les ports lors de la livraison et prise en charge de marchandises, eut l’idée de réunir les colis, jusqu’alors manutentionnés un par un, dans de grosses boites ou conteneurs qui pourraient s’empiler les unes sur les autres. Il vend ses camions et achète quatre vieux pétroliers qu’il aménage pour le transport de conteneurs et se lance dans le commerce maritime. Les dimensions des conteneurs (ISO, 1961) sont fixées à 20 pieds de longueur (EVP ou Equivalent Vingt Pieds), taille standard du conteneur, soit environ 6 mètres de long. Ils sont destinées à transporter des marchandises de toutes sortes comme des meubles, des textiles, des pièces de rechange, de la nourriture (dans des boites frigorifiques) ..etc. Seuls sont interdits certaines matières dangereuses et les animaux. Les années 1970 voient le développement des porte-conteneurs avec les échanges commerciaux entre les différents continents.


Lors de son premier voyage au début de l’année 2008, Monique voyage à bord du Bizet de la CMA-CGM.

Cargor.jpg

Ce porte-conteneurs, construit en 2001, mesure 300,25 m de long, 40,30 m de large et sa hauteur est de 49 m. Depuis la passerelle, la vue est donc assez impressionnante et assez différente de celle que Monique a l’habitude de voir lorsqu’elle navigue sur son voilier.

Le port en lourd (poids chargé) est de 80'250 tonnes. Son tirant d’eau (partie sous l’eau depuis la ligne de flottaison) est de 12 à 14 m selon le chargement. Il peut contenir 6’627 boites ou conteneurs de 20 pieds (capacité EVP) dont 500 peuvent être frigorifiques. La puissance des moteurs est de 93'120 CHVX et le bateau peut atteindre une vitesse de 25 noeuds.

Lors de son deuxième périple, au début de l’année 2009, Monique embarque cette fois sur le Tosca de la CMA-CGM, porte-conteneurs légèrement plus grand:334 m de long, 42,80 m de large et ayant une capacité de 8’888 EVP dont 700 peuvent être frigorifiques.

027r Tosca.JPG

Il est à noter que la consommation moyenne en fuel de ces bateaux est de 280 Tonnes en 24h et reste variable selon l’état de la mer!


Monique a ainsi eu la chance de voyager sur deux navires relativement rapides qui comptent parmi les plus gros dans leur catégorie.

Depuis 2006 des bateaux semblables peuvent convoyer jusqu'à 10'000 conteneurs de 20 pieds et atteindre une longueur de 350 m. La CMA-CGM vient également de construire quatre nouveaux bateaux pouvant contenir 10’000 conteneurs mais vu la récession économique actuelle, les bateaux risquent malheureusement de rester à quai pour un certain temps. Depuis l’été 2008, tous les acteurs du transport maritime de conteneurs, affrontent en effet des conditions de marché dégradées.


Lors de son premier voyage sur le Bizet, Monique parcourt 23'307 mille nautiques ou 43'166 km. Lors de son deuxième voyage, elle parcourt environ 23'516 mille nautiques ou 43'553,299 km. Le nombre d’escales plus nombreuses expliquent les km supplémentaires.

Ces voyages l'ont menée du Havre à Quingdao en Chine en passant par Hambourg - Rotterdam - Zeebrugge - le Détroit de Gibraltar - Beyrouth - le Canal de Suez-Jeddah - Portkeland - le Détroit de Malacca - Quingdao - Ningbo - Xiamen - Chiwan - Yantian puis retour sur le Havre avec une escale à Portkeland

DSC 0140t trajet.JPG

Promenade à bord d'un géant des mers

Passage obligé par le « Ship Office » afin d’y obtenir son batch d’identification et d’y déposer son passeport dans « La » boite à passeports avec un certificat de vaccination. Le « Ship Office » est également la pièce où tout l’équipage (27 personnes) se rassemble en cas de problème ou d’état d’urgence.

005 le Ship Office.JPG006 le Ship office 2.JPG

Vue du salon privé de Monique et du pont passager avec vue ...sur mer et ....sur les containeurs!!!

008d La Chambre.JPG008e Le pont privé.JPG

Table privée de Monique avec celle des officiers en arrière plan….Naviguer pendant deux mois sans pouvoir partager ses émotions et impressions de la journée !..Pas question, c’est mal connaître Monique !!…. Deux jours plus tard, seule femme à bord, elle partagera la table des officiers.

008n La table.JPG

La cuisine bien équipée et très moderne! 008r La cuisine.JPG

La timonerie : lors de l’arrivée dans un port, pour la mise à quai ou départ, les commandes sont transmises de la timonerie interne à la timonerie externe.

008z11a La timonerie interne.JPG009a La timonerie externe.JPG

Bureau des machinistes du Bizet d’où se fait le contrôle de l’ensemble des machines qui se répartissent sur cinq niveaux.
Un coin de la salle des machines, avec ses 400 bouteilles de CO2 qui se vident automatiquement en cas d’incendie et après évacuation des membres d’équipage.9b Bureau des Machinistes.JPG10r Bonbonnes.JPG

La boule de mouillage, qui sera hissée au mat avant afin de signaler que le bateau est au mouillage donc qu’il ne peut se déplacer, l’ancre étant déjà jetée à l’eau. 10z5a La boule de mouillage.JPG10z5 Mat.JPG

Les containeurs sont attachés entre eux verticalement et non horizontalement du fait qu’ils n’ont pas tous la même hauteur ! Résultat si la houle est un peu forte….les inconvénients de cette technique d’attachement ne sont pas négligeables…le bateau gite …on peut imaginer la casse à l’intérieur des conteneurs!!

11b vertical.JPG11ia Gite.jpg

Les saisies, qui servent à attacher les conteneurs verticalement, sont fixées au pont du bateau et servent à maintenir les deux premiers rangs de conteneurs. 11f locks.JPG En jaune les twist-lock ou cadenas qui servent à fixer les conteneurs. 11e Les twists locks.JPG

Lors du déchargement (port de Yantian), un homme utilise une longue tige métallique pour déverrouiller les twist-lock.
11k tige metallique.JPG

Scènes de la vie à bord

A côté des taches et activités quotidiennes,

12b corvée patates.JPG12f apéro.JPG12s peinture.JPG

Il est néanmoins important de savoir se servir de l’équipement de survie (combinaison étanche qui remplace les bouées) et utiliser les canots de sauvetage. (Un canot peut transporter 30 personnes).

11m combinaison de survie.JPG11o combinaison 2.JPG11p canot.JPG

Il ne faut surtout pas tomber malade à bord, à moins que l’on ait envie de se payer un petit voyage en hélicoptère….

11z hélico.JPG

Quelques points forts

Rotterdam, un des seuls ports européens où le chargement et le déchargement se font de manière automatique c’est-à-dire avec des véhicules électriques télécommandés.(bien pour notre environnement !!)

11l Rotterdam.JPG

Traversée mythique du Canal de Suez, avec sa file impressionnante de bateaux et passage sous le pont d'El Quantara.

12z9 Canal -file de bateaux.JPG12z13 Canal de suez.JPG12z79 Détroit de Gibraltar.JPG C’est par ce canal que transite un dixième du trafic mondial, notamment le pétrole du Golfe à destination de l’Europe. Les porte-conteneurs et supertankers ne peuvent se croiser qu'au milieu, sur le Grand Lac Amer. Il y a donc des horaires de descente et remontée à respecter. Le canal s’étend sur une longueur de 161 kms depuis Port-Said jusqu’au port de Suez.

12z5 Canal de suez.JPG<La ville de Beyrouth. 12z72 Ville de Suez.JPG<La ville de Suez12z76 Ville de Suez.JPGSuez

Manœuvre avant d’accoster dans le port de Qingdao avec l’aide d’un bateau pilote chinois. 12z26 pilote chinois.JPG12z29 manoeuvred'accostage.JPG. Et comité d’accueil local en prime.12z30 accueil.JPG

Le port de Qingdao (destination finale) est le deuxième grand port du commerce extérieur de la Chine. Sa capacité de manutention de conteneurs, le classe parmi les 14 plus grands ports du monde.


Redescente vers le sud de la Chine avec un nouveau chargement. 12z37 Redescente sud Chine.JPG12z40 nouveau chargement.JPG

Arrivée à Hong-Kong sous la brume, avec ses gratte-ciel « perforés » en leur centre. La légende veut que ces trous permettent au dragon vivant dans les collines à l’arrière, d’aller se désaltérer dans la mer.

12z52 Hong-Kong.JPG12z53 Trous.JPG12z57 Immeubles à trous.JPG

Arrivée au détroit de Singapour, long de 105 km de long et d’une largeur de 16 km. Il relie le détroit de Malacca à l’ouest et la mer de Chine méridionale à l’est. Offrant un passage en eau profonde pour le port de Singapour, le trafic maritime y est assez important. DSC 0163 Carte.JPG12z65 Golfe d'Aden.JPG

Traversée du golfe d'Aden, baie située entre la corne de l’Afrique et la péninsule Arabique (Yémen). Il relie la Mer Rouge à l’ouest par le détroit de Bab-el-Mandeb à la Mer d’Oman et à l’Océan Indien à l’Est. Sa longueur est de 1'000 km pour une largeur variant de 150 à 440 km.
Les navires naviguant dans le golfe doivent faire face à la piraterie maritime qui sévit au sud au large des côtes de la Somalie depuis la guerre civile en Somalie au début des années 1990. Au passage du golfe d’Aden, il n’est pas étonnant de croiser un cargo, les lances-incendies branchées à l’extérieur pour dissuader les pirates d’approcher du bateau.

12z68 Lances incendies.JPG

Passage le long de l'île de Malte 12z83 Détroit de Gibraltar.JPG puis du Détroit de Gibraltar, situé au sud de l’Espagne et au nord du Maroc. C’est le seul passage maritime qui rejoint l’océan Atlantique à la Méditerranée. DSC 0137cc Carte.jpg. Il est large de 14,4 km et est d'une profondeur d'environ 300 m.


Il est bon de rappeler que ces porte-conteneurs naviguent rapidement d’une escale à une autre et doivent donc minimiser le temps passé dans les ports qui ne dure souvent que quelques heures. Dans certains cas, l’équipage n’a quasiment pas l'occasion de descendre à terre. Lors de son deuxième voyage, Monique a passé les deux mois à bord…sans mettre pied à terre.

DSC 0138 Cri-Cri.JPGDSC 0171 Audience.JPGDSC 0168Audience 2.JPG

Un grand merci Monique, d’être venue nous raconter cette belle expérience que tu as vécue en haute mer…

Momor.jpg

Chantal Wiaux-Zamar - Novembre 2009

Photos de la soirée

[[2]]