Les Poissons du Leman

De Plongeplo
Aller à : Navigation, rechercher

Sommaire

Le lac Léman compte 27 espèces de poissons

Espèces rencontrées souvent
La perche, La lotte, Le vengeron, Le chabot, L’ablette, Le chevaine, La tanche, Le brochet


Espèces rencontrées occasionnellement
Le corégone, La brème, La carpe, Le goujon, L’épinoche


Espèces rencontrées rarement
L’omble chevalier (on le voit surtout au moment de la fraie,)La truite (arc-en-ciel, lacustre), L’anguille, Le poisson-chat, La blennie fluviatile (lac du Bourget), La perche solei, Le rotengle, Le vairon, L’ombre, Le spirlin, Le barbeau, Le carassin, La loche, La grémille


Espèces principales

La perche : (percidés)

C’est un prédateur vorace qui vit en banc près du fond. Egalement cannibale, elle est capable d’avaler des perches plus petites. Les vieux poissons vivent solitaires et chassent à l’affût. La fraie a lieu en avril-mai à faible profondeur.

Perche.jpg
La lotte : (galidés)

Elle vit posée sur le fond et aime les eaux froides. C’est un prédateur qui se nourrit de tout ce qui passe à sa portée, y compris sa propre espèce. La fraie a lieu en hiver. La ponte a la même densité que l’eau, ce qui fait que les oeufs partent à la dérive au-dessus du fond.

Lotte.jpg
Le vengeron : (cyprinidés)

Son vrai nom est le gardon. C’est un poisson très commun qui vit en bancs, il est omnivore, se reproduit en mai-juin près de la rive et regagne souvent la profondeur en hiver.

 Gardon.jpg
Le chabot : (cottidés)

Caché sous les pierres près de la surface, il n’a pas de vessie natatoire, ce qui ne lui permet que de ramper sur le fond. Sa nourriture se compose de petits poissons et de larves d’insectes. Il fraie de mars à mai, sa ponte est déposée par le mâle dans une cavité creusée sous une pierre.

Chabot.jpg
L’ablette : (cyprinidés)

C’est le petit poisson que l’on voit briller dans le faisceau de la lampe. Elle vit en banc et se nourrit de tous les débris qui passent à sa portée. Elle fraie de fin avril à début juillet.

 Ablette.jpg
Le chevaine : (cyprinidés)

C’est un poisson que l’on confond facilement avec le vengeron. Omnivore et vivant en bancs au début de sa vie, il devient solitaire et prédateur féroce. Il fraie au printemps.

Chevaine.jpg
La brème : (cyprinidés)

Elle vit en bancs en eaux profondes et s’approche des rives et des embouchures de rivière la nuit pour chercher sa nourriture. Omnivore, elle se tient la tête en bas pour gober les organismes qu’elle trouve au fond. Elle se reproduit au printemps dans les zones de faible profondeur.

 Breme.jpg
Le brochet : (ésocidés)

C’est le plus grand carnassier, chasseur à l’affût, le plus vorace des poissons et grâce à sa grande taille, il peut s’attaquer à tout, y compris les oiseaux aquatiques. Il fraie au début du printemps à faible profondeur; les oeufs sont accrochés aux plantes aquatiques.

Brochet.jpg
L’omble chevalier : (salmonidés)

C’est un superbe salmonidé qui vit en plein lac, il poursuit ses chasses jusqu’au littoral. Il fraie de novembre à janvier sur des fonds de gravier à une assez grande profondeur.

Omble.jpg
La truite : (salmonidés)

Grand prédateur à la nage rapide, elle vit en pleine eau et l’on peut la trouver à grande profondeur. La truite aime les eaux fraîches et bien oxygénées; elle se reproduit en automne dans les rivières, où elle passe les trois premières années de sa vie.

Truite.jpg
Le corégone : (corégonidés)

Appelé faussement féra, poisson ayant totalement disparu à la fin des années quarante suite à une surpêche et à la gourmandise des lottes pour ses oeufs il s’agit de l’introduction de la palée du lac de Neuchâtel. C’est un poisson du large qui se nourrit surtout de zooplancton. Il se reproduit au fond du lac, entre juillet et mars.

Coregone.jpg
L’anguille : (anguillidés)

Poisson très rare, mangeur de charognes et de petits poissons. Pour se reproduire, elle migre jusqu’à la Mer des Sargasses, où la femelle pond vers mars-avril par 400m de fond.

Anguille.jpg
Le poisson-chat : (ictaluridés)

Poisson très résistant, sa rencontre n’est pas courante. Il se nourrit des oeufs et des alevins des autres poissons. Il se reproduit au début de l’été à très faible profondeur.

 Poisson chat.jpg
La blennie fluviatile : (blenniidés)

On peut la rencontrer près de la surface dans le lac du Bourget, elle ressemble beaucoup à ses cousines de la mer. Elle se nourrit d’invertébrés et de petit poissons. Elle se reproduit au printemps à faible profondeur, où le mâle surveille la ponte collée aux rochers.

 Blennie.jpg
La Tanche

(du gaulois tenche) est un poisson qui vit dans les eaux douces en Europe.

Nom scientifique : Tinca tinca. Classe Osteichthyes/Ostéichthyens, ordre Cypriniformes, famille Cyprinidae/Cyprinidés.

Elle a une forme allongée et sa peau (recouverte d'un épais mucus) est de couleur vert, vert sombre à jaune doré. On la trouve dans les eaux calmes aux fonds vaseux et à la végétation dense, des cours d'eau larges et lents, dans les bras morts, dans les lacs et les étangs aux endroits peu profonds. C'est un poisson peu grégaire qui vit en petit groupe ou solitaire. L'hiver, il vit au ralenti et s'enfouit dans la vase. Son alimentation est composée de petits mollusques, larves d'insectes, vers, et débris de végétaux, c'est un poisson fouilleur à la bouche munie de barbillons (filaments tactiles). Sa période de reproduction s'étend de mai à juillet, dans une eau calme et peu profonde. La femelle pond entre 300 000 et 800 000 œufs. (Source Wikipédia)

 
Tanche.jpg
Le Barbeau

Le barbeau commun ou barbeau fluviatile (Barbus barbus) est un poisson cyprinidé, robuste, atteignant jusqu'à 1 m de long qui vit près du fond, dans le courant des rivières. Il a un corps allongé, fusiforme, une bouche placée nettement à la position inférieure de la tête et pourvu de quatre barbillons. Le dernier rayon de la nageoire dorsale présente une arête dentelée.Ils vivent en banc et se nourrissent de la faune et de la flore du fond. (Source Wikipédia)

Barbeau.jpg

Un crustacé, l’écrevisse

Ecrevisse.jpg

En dehors des poissons on rencontre fréquemment un crustacé, l’écrevisse.

Elle vit essentiellement dans la partie supérieure du lac mais on peut la voir en profondeur. Elle est omnivore au stade juvénile, se nourrissant principalement de végétaux et de plancton. Plus âgée, elle se nourrit également d’escargots, de moules, de poissons, de larves d’insectes, de congénères, d’animaux morts, etc.. La reproduction a lieu à la fin de l’automne. La femelle garde les oeufs fécondés sous son abdomen jusqu’à l’éclosion des larves.


Bibliographie

F.-A. FOREL, Monographie sur le Léman, Slatkine Genève, 1969

P. GUICHONNET, Le guide du Léman, La manufacture, 1988

J.-M. JAQUET, Sauvons le Léman, Association pour la sauvegarde du Léman, 1985

Ligue suisse pour la protection de la nature, Les écrevisses de Suisse, 1994

J.-F. MINSTER, Les océans collection Dominos, Flammarion, 1994

K. PECL, Les poissons d’eau douce, Solar, 1983

J.-C. PEDROLI, B. ZAUG, A.KICHHOFER, Atlas de distribution des poissons et cyclotosmes de Suisse, Centre suisse de cartographie de la faune, 1991

A. WHEELER, Poissons d’eau douce, Gründ, 1991

D. MASSON. Les poissons du Léman, Slatkine Genève 1989


Voir aussi du même auteur un cours d'environnement pour plongeurs niveau 2: L'environnement du Lac Léman


Texte sous La Licence GFDL Jean Peaudecerf - © 2001 CSSG - © 2009 CPPLO

Ce texte fait partie d'un cours de plongée donné aux élèves plongeurs P2 CMAS du Centre de Sports Sous-Marins Genève (CSSG). Le texte a été mis à disposition sur le site du Club de Plongée de Plan-les Ouates (CPPLO) par l'auteur pour un usage strictement privé ou personnel.Toute reproduction totale ou partielle de ce texte à des fins commerciales ou à des fins de publication de toute nature est soumise à la La Licence GFDL et doit être signalée à l'auteur : jpeaudecerf@plongeplo.ch

Voir aussi du même auteur un cours d'environnement pour plongeurs niveau 2: L'environnement du Lac Léman

Retour à la page environnement

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
La plongée
Formations
Info Gonflage
Sections du Club
Divers
Aide site internet
Boîte à outils