Biais cognitif et heuristique de disponibilité

De Plongeplo
Aller à : Navigation, rechercher

Un Biais cognitif est une erreur systématique dans la prise de décision et/ou le comportement adopté face à une situation donnée résultant d'une faille ou d'une faiblesse dans le traitement des informations disponibles.

Avec un stress positif, selon la situation l’action sera une fuite ou un combat : on agit pour éviter le danger qui nous menace ou pour combattre l’obstacle qui se dresse devant nous. Cette action vigoureuse rétablit l’équilibre psychologique et entraîne une sensation de bien-être et de satisfaction.

Tous les composants de ce système se situent dans le cerveau et sont organisés en trois circuits :

1) Le circuit primitif examine les éléments essentiels d’une situation de danger, il n’en examine pas les détails. Il a pour objectif de nous préparer au danger bien avant de comprendre la nature de la menace. C’est lui qui est à l’origine de la sécrétion d’adrénaline. C’est donc un système très rapide mais peu précis.

2) Dans la phase suivante, le cerveau cherche à affiner sa réaction en comparant la situation stressante aux situations contenues dans notre mémoire. Ce processus génère une image plus claire et plus détaillée. C'est à ce stade que le Biais cognitif peut se cacher.

3) Le circuit final considéré par beaucoup comme le plus puissant est le circuit conscient. C’est une version améliorée du système de supervision et il est le siège central de la décision. C’est à ce niveau de conscience que les décisions entre possibilités offertes par le circuit rationnel sont prises.


Le biais cognitif C'est le rappel mnésique de faits qui s’impose au raisonnement et qui induit un risque de décision erronée.

L'étude des biais cognitifs fait l'objet de nombreux travaux en psychologie du raisonnement, en psychologie sociale et plus généralement en sciences cognitives.

Le terme biais fait référence au fait que l'erreur (disfonctionnement) ainsi commise présente un caractère relativement systématique dont les déterminants sont à rechercher dans les mécanismes mis en jeu dans le traitement cognitif erroné appliqué à la situation. Plus les causes de disfonctionnement ou d’accident sont relatées ou analysés en détail, plus les personnes sujettes au biais cognitifs seront amenée à croire que l’événement va se produire (répéter).

Par exemple : Les accidents de plongée sont relatés avec les détails sur les situations à risques, phénomènes dangereux et événements déclencheurs. Le plongeur sujet au biais cognitif captera et classera ces informations dans un registre mnésique immédiatement disponible en cas de danger imminent.

La conséquence sera qu’en situation de stress intense, le rappel mnésique des détails d’accident, imposera un biais de jugement sur la situation donnée. Son raisonnement (prise de décision ) se base uniquement sur les informations immédiatement disponibles, sans chercher à en acquérir de nouvelle concernant la situation ce qui l’amènera à prendre des risques inconsidérés sur la base d'une heuristique de disponibilité.

Il est important de comprendre que les biais sont des distorsions systématiques dans le traitement de l´information, c'est-à-dire qu´ils rendent moins valide le jugement. Ils sont à différencier de l´erreur qui est aléatoire, alors que les biais présentent un déterminisme qu´il faut cerner.


Retour à : Risques et dangers particuliers

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
La plongée
Formations
Info Gonflage
Sections du Club
Divers
Aide site internet
Boîte à outils